Vous vous posez des questions retraite ?
Nous vous aidons à y voir clair
Accueil > Le blog "Paroles d'experts" > Conseils utiles > La retraite progressive : quel impact ?

La retraite progressive : quel impact ?

Lorsqu’un salarié approche de la fin de sa carrière, il peut vouloir commencer à diminuer son activité professionnelle sans pour autant amputer de façon drastique ses revenus. D’un autre côté, l’employeur peut vouloir entamer une transmission des savoirs et des savoir-faire entre salariés seniors et juniors. Dans cette situation, la mise en place d’une retraite progressive peut être un dispositif adapté.

Le principe est simple, le salarié réduit son activité et commence à percevoir une partie de sa retraite, l’entreprise assure une transmission des savoirs tout en réduisant ses coûts salariaux.

Pour bénéficier du dispositif, le salarié est soumis à 3 conditions :

  • Une condition d’âge : avoir au moins 60 ans
  • Une condition de durée d’assurance : avoir cotisé au minimum 150 trimestres au total des régimes français et étrangers
  • Une condition d’activité à temps partiel : être titulaire d’un contrat de travail à temps partiel (40 à 80%)

La retraite progressive est calculée et servie provisoirement : la retraite définitive sera recalculée en intégrant les droits acquis par les cotisations versées pendant la période de retraite progressive.

Pour bien comprendre l’impact d’un tel dispositif dans l’entreprise, prenons l’exemple d’un cas réel :

Guy B. est né en décembre 1955 et a commencé sa carrière en 1978. Il ne totalisera les 166 trimestres pour ouvrir droit à la retraite à taux plein qu’à 63 ans et demi, soit à la date du 01/07/2019.

Il a toujours été salarié non-cadre avec un salaire brut proche ou légèrement supérieur au Plafond Annuel de la Sécurité Sociale de l’époque depuis le début des années 1990.

Guy sait qu’il lui faut attendre le 01/07/2019 pour cesser son activité et demander à percevoir ses retraites pleines, mais pour des raisons personnelles il souhaite réduire son temps de travail sans trop diminuer ses ressources actuelles ni impacter le montant de ses futures retraites.

Il décide de demander à bénéficier d’une retraite progressive à 60 ans au 1er janvier 2016, soit dès que possible, et de continuer son activité à mi-temps.

Quel est l’enjeu pour Guy ainsi que pour son employeur ?

Retraite progressive cas de Guy B

A lire aussi : Qui est réellement concerné par la retraite progressive ?

Avertissement : les informations publiées en matière de réglementation sur les droits à la retraite sont des informations en vigueur à date de publication.

  • Cet article vous a-t-il été utile ?
  • Oui   Non
BESOIN D'INFORMATION
  • Cet article vous a-t-il été utile ?
  • Oui   Non

Suggestion d'articles

COMMENTAIRES

Cath

1/ j’ai lu que pour les personnes nées en 1957, une demande de retraite progressive à partir de 2017 permettra d’échapper à la décote de 10 % sur les retraites complémentaires applicable en cas de départ à l’âge légal de 62 ans (et ce pendant 3 ans c’est à dire jusqu’à l’age de 65 ans) qui sera mise en place en 2019 ; est-ce vrai ?
2/ le paiement du prorata de pension de retraite qui compense le temps partiel peut-il être versé pendant 2 ans (dans mon cas, née en 1957, de 60 à 62 ans) ?
Merci

    NEOVIA
    NEOVIA

    Bonjour,

    La retraite progressive n’est pas concernée par les coefficients minorants/majorants provisoires sur les retraites complémentaires ARRCO-AGIRC. En revanche, ces coefficients seront appliqués lors de la liquidation de la retraite définitive à l’issue de la retraite progressive, exactement comme si vous ne l’aviez pas perçue. La retraite progressive peut être demandée dès 60 ans et perçue après l’âge légal ou même l’âge du taux plein (67 ans).

    Bien cordialement,
    Carole.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

         
 

Suivez-nous

           

Tél. : 04 27 02 17 78
contact@neoviaretraite.fr