Accueil | Actualités | Tout savoir sur la retraite anticipée en 2024

Tout savoir sur la retraite anticipée en 2024

En France, depuis la réforme des retraites entrée en vigueur le 1er septembre 2023, l’âge minimum de départ en retraite est fixé à 64 ans pour tous les assurés nés à partir du 1er janvier 1968 : c’est l’âge légal.
Il est cependant possible, sous certaines conditions, de prendre sa retraite de manière anticipée et sans décote.

Vous pouvez ainsi demander à bénéficier de votre retraite avant l’âge légal :

– Si vous avez commencé à travailler jeune (carrière longue) ;

– Si vous êtes reconnu comme travailleur handicapé.

Je suis né avant 1968: à quel âge puis-je prendre ma retraite ?

À la suite de la réforme de 2023, l’âge légal de départ en retraite augmente progressivement de 62 ans à 64 ans, à raison de 3 mois supplémentaires par année de naissance, pour les personnes nées entre le 1er septembre 1961 et le 31 décembre 1967.

 

Année de naissance Âge de départ à la retraite (hors retraite anticipée) Nombre de trimestres de cotisation requis pour une retraite à taux plein
1960 62 ans 167
01/01/1961 31/08/1961 62 ans 168
01/09/1961 31/12/1961 62 ans et 3 mois 169
1962 62 ans et 6 mois 169
1963 62 ans et 9 mois 170
1964 63 ans 171
1965 63 ans et 3 mois 172
1966 63 ans et 6 mois 172
1967 63 ans et 9 mois 172
1968 64 ans 172
1969 et après 64 ans 172

 

Vous réunissez les conditions nécessaires pour bénéficier du taux maximum de 50 % (sans décote), vous pouvez : 

– Partir à la retraite au taux maximum ; 

ou

– Continuer à travailler. Une surcote est alors appliquée au montant de la retraite.

Vous ne réunissez pas les conditions pour bénéficier du taux maximum, vous pouvez : 

– Continuer à travailler jusqu’à ce que vous réunissiez les conditions pour bénéficier du taux maximum ou jusqu’à avoir atteint l’âge du taux maximum automatique (67 ans si vous êtes né en 1955 ou après) ; 

– Partir à la retraite avec une réduction de son montant (décote).

La parentalité est-elle prise en compte pour ma retraite ?

Pendant les périodes de maternité ou de congé pour adoption, vous ne cotisez pas pour la retraite. Cependant ces périodes de parentalité peuvent permettre de valider des trimestres :

– Des trimestres « éducation » sont accordés pour chaque enfant à la mère, ou au père s’il en fait la demande, sous conditions ;

– Le montant de la retraite est augmenté de 10 % pour les personnes qui ont eu, ou qui ont élevé, 3 enfants ou plus.

La réforme de 2023 prévoit une nouveauté : la surcote parentale. Celle-ci augmente le montant de la pension de base de 1,25 % pour chaque trimestre cotisé, au cours de l’année précédant l’âge légal de départ à la retraite, au-delà de la durée requise pour le taux maximum de 50 %, et dans la limite de 5 % pour une année entière. 

Cette disposition, instaurée par la réforme de 2023, s’applique aux personnes ayant au moins 63 ans, ayant atteint les 43 annuités requises d’assurance pour obtenir le taux plein.

Les professions libérales bénéficient également de cette surcote. Le taux de surcote est de 0,75 % par trimestre accompli avant le 1er septembre 2023 et 1,25 % par trimestre accompli postérieurement.

La réforme prévoit également un changement d’attribution des trimestres « éducation ». Désormais, 2 des 4 trimestres « éducation » acquis pour chaque enfant seront automatiquement attribués à la mère. Les 2 autres peuvent être attribués soit à la mère soit au père.

Pour répartir ces trimestres « éducation » entre les parents, il convient d’exprimer son choix dans les 6 mois suivant le 4e anniversaire de votre enfant. 

Contactez un expert en droit retraite

Carrières longues et retraite anticipée

Les assurés ayant commencé à travailler précocement bénéficient d’un départ en retraite avancé pour carrière longue, suivant 4 bornes d’âge.

Ainsi, si vous avez commencé à travailler avant :

16 ans

vous pouvez partir en retraite à

58 ans*
18 ans 60 ans*
20 ans 62 ans*
21 ans 63 ans*

 

*Sous réserve d’avoir cotisé le nombre de trimestres requis.

En savoir plus sur les carrières longues 

Travailleurs handicapés et retraite anticipée

Si vous êtes travailleur handicapé, la réforme maintient votre âge de départ à la retraite anticipée entre 55 et 59 ans, en fonction de votre année de naissance et du nombre de trimestres cotisés.

Les conditions pour bénéficier d’une retraite anticipée s’assouplissent :

– Le taux d’incapacité nécessaire pour saisir la commission au moment du départ à la retraite est abaissé de 80 % à 50 %. Il permet une validation rétroactive de trimestres en situation de handicap ;

– La double condition de trimestres cotisés et validés en situation de handicap est supprimée, pour ne conserver que le critère du nombre de trimestres cotisés.

 

Année de naissance Âge de départ pour un travailleur handicapé Nombre de trimestres cotisés nécessaires
Avant le 1er septembre1961 59 ans 68
Du 1er septembre 1961 au 31 décembre 1962 59 ans 68
1963 59 ans 68
1964 58 ans
59 ans
79
69
1965 57 ans
58 ans
59 ans
89
79
69
1966 56 ans

57 ans
58 ans
59 ans

99
89
79
69
De 1967 à 1969 55 ans
56 ans57 ans
58 ans
59 ans
110
100
90
80
70
De 1970 à 1972 55 ans
56 ans57 ans
58 ans
59 ans
111
101
91
81
71
À partir de 1973 55 ans
56 ans57 ans
58 ans
59 ans
112
102
92
82
72

 

Si vous êtes bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé (AAH),

si vous avez un taux d’incapacité permanente de 50 %,

si vous êtes inapte au travail ou si vous êtes bénéficiaire d’une pension d’invalidité,

votre départ à la retraite à 62 ans au taux maximum de 50% (taux plein) est maintenu.

Vous pouvez prendre une retraite anticipée pour travailleur handicapé si :

– Vous réunissez un nombre minimum de trimestres cotisés.

Toutes les périodes de cotisations à un régime de retraite français, des 27 États membres de l’Union européenne, de l’Islande, du Liechtenstein de la Norvège et de la Suisse, sont retenues. Les périodes cotisées hors de ces pays peuvent également être prises en compte si un accord de Sécurité sociale existe avec la France.

– Vous avez exercé votre activité professionnelle :

  • En étant atteint d’une incapacité permanente au moins égale à 50% (ou en étant reconnu travailleur handicapé pour les périodes antérieures au 31 décembre 2015) ;
  • Ou en situation de handicap comparable à un taux d’incapacité permanente de 50 %.

Les situations assimilables à un taux d’invalidité de 50 % :

  • Être titulaire d’une pension d’invalidité de 2e ou 3e catégorie  ;
  • Être travailleur handicapé de catégorie C  ;
  • Être assuré victime d’un dommage corporel justifiant d’un taux d’incapacité de 44 % établi par une transaction ou une décision de justice  ;
  • Être bénéficiaire de l’allocation compensatrice pour tierce personne  ;
  • Être bénéficiaire de l’allocation aux adultes handicapés  ;
  • Être bénéficiaire de l’allocation de compensation aux invalides, infirmes aveugles et grands infirmes.

Si vous n’entrez pas dans ce cadre, vous pourrez prendre votre retraite à l’âge légal, même sans avoir cumulé le nombre de trimestres requis, en justifiant d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50 %.

Bon à savoir :
La reconnaissance de travailleur handicapé est intégrée automatiquement pour les périodes situées avant le 31 décembre 2015.

Je souhaite me faire accompagner

Une majoration du montant de votre retraite anticipée est accordée si vous ne réunissez pas la durée d’assurance requise au régime général pour toucher une retraite à taux plein. Le montant de cette majoration dépend du nombre de trimestres cotisés avec le statut de handicapé.

Pour pouvoir percevoir votre retraite, vous devez en faire la demande 4 mois avant la date de départ souhaitée. Cette démarche est facilitée en ligne en permettant d’effectuer une demande unique couvrant l’ensemble de votre carrière.

Vous pouvez également l’adresser par courrier postal à tous les régimes de retraite auxquels vous avez cotisé.

Si votre relevé de carrière est à jour, vous devez faire une demande d’attestation de départ à la retraite anticipée des assurés handicapés à votre Caisse régionale d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat). Cette attestation est délivrée, au plus tôt, six mois avant le point de départ possible de votre retraite anticipée.

Accidents du travail et maladies professionnelles : la retraite pour incapacité permanente

Le dispositif de retraite anticipée pour incapacité permanente des bénéficiaires d’une rente accident du travail/maladie professionnelle a été assoupli avec la réforme de 2023.

Une incapacité permanente d’un taux au moins égal à 20 % permet un départ anticipé à 60 ans.

Un taux d’incapacité compris entre 10 et 19 % permet un départ en retraite 2 ans avant l’âge légal.

Les conditions requises sont :

– Avoir au moins 60 ans ;

– Justifier d’une incapacité permanente résultant d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail avec un certain taux de handicap ;

– Avoir cotisé auprès du régime général des salariés, du régime des salariés agricoles et/ou du régime des non-salariés agricoles.

La retraite pour incapacité permanente est alors attribuée au taux maximum quel que soit le nombre de trimestres effectivement cotisés.

  • Si votre taux d’incapacité permanente est supérieur ou égal à 20 %

Vous pouvez déposer une demande de retraite pour incapacité permanente dès l’âge de 60 ans, en l’accompagnant de la réponse à un questionnaire et des justificatifs relatifs à votre incapacité.

Si vous percevez une rente pour accident du travail, votre demande de retraite pour incapacité permanente est soumise au médecin-conseil régional, qui la valide.

  • Si votre taux d’incapacité permanente est au moins égal à 10 % et inférieur à 20 %

Vous pouvez déposer une demande de retraite pour incapacité permanente deux ans avant l’âge légal de départ à la retraite, sous réserve d’apporter les justificatifs prouvant que vous avez été exposé pendant au moins 17 ans* à des facteurs de risques professionnels, et que votre incapacité est liée à votre tâche.

Les contraintes physiques (manutention de charges, postures pénibles), celles liées au rythme de travail (travail de nuit, travail répétitif), ou à la pénibilité en lien avec un environnement agressif  (bruit, agents chimiques) sont prises en compte.

 

*Dans tous les régimes de base français et dans les États de l’Union européenne.

 

La commission « Incapacité permanente » :
– Les demandes de retraite pour incapacité permanente sont soumises à l’avis d’une commission spécifique.
Elle vérifie la durée de votre exposition aux risques et le lien entre cette exposition et votre incapacité.
– Cette commission n’est pas saisie si votre incapacité est consécutive à une maladie professionnelle, et que vous justifiez de 68 trimestres (soit 17 années) de cotisations à un régime de retraite.Certains salariés à l’emploi reconnu pénible accumulent des points transformables en trimestres de cotisation dans le cadre de leur compte professionnel de prévention (C2P).
Chaque tranche de 10 points valide 1 trimestre. Ces trimestres supplémentaires (avec un maximum de 8) sont utilisables pour partir en retraite à taux plein jusqu’à 2 ans avant l’âge légal.

Avantages et les inconvénients de la retraite anticipée

Grâce au dispositif de retraite anticipée, les personnes concernées bénéficient d’un départ à la retraite avant l’âge légal et à taux plein.

En revanche, pour les assurés souhaitant prolonger une activité professionnelle en complément de leur retraite, ce dispositif risque de grever leurs revenus, en entraînant l’application automatique d’un plafond de cumul emploi-retraite.

Pour ceux disposant de revenus substantiels et souhaitant poursuivre leur activité professionnelle, il est donc préférable d’attendre l’âge légal pour faire valoir leurs droits à la retraite.

Comment demander sa retraite anticipée ?

Pour demander sa retraite anticipée, l’assuré doit demander à la dernière caisse d’affiliation des régimes alignés une attestation de carrières longues démontrant que le dispositif est bien ouvert. Il est recommandé d’effectuer cette démarche 6 mois avant la date de départ prévue.

Une fois cette attestation obtenue, les démarches de liquidations sont identiques à celles pour la demande d’une retraite normale, si ce n’est qu’un autre formulaire est à remplir intitulé « Demande unique de retraite anticipée de base pour Carrière Longue »

Il est envoyé en même temps que l’attestation de carrières longues. L’assuré a trois mois à compter de sa réception pour la retourner à la caisse complétée, et ainsi conserver la date de départ indiquée.

Neovia : un accompagnement expert

95 % des dossiers de demande de retraite comportent au moins 6 anomalies.

La première partie du travail des experts Neovia consiste à analyser votre relevé de carrière, afin de s’assurer qu’aucune période n’a été omise par les caisses de retraite. Certains trimestres peuvent parfois avoir été « oubliés », ce qui peut conduire à réduire vos droits.

Les experts Neovia vous accompagnent également dans le montage de votre dossier de retraite, en intégrant toutes les spécificités de votre parcours à chaque étape de votre projet retraite.

À retenir :Depuis la réforme de 2023, l’âge légal de départ en retraite est fixé à 64 ans pour tous les assurés nés à partir du 1er janvier 1968. Sous certaines conditions, il est cependant possible de prendre sa retraite de manière anticipée et sans décote

  • Si vous avez commencé à travailler jeune (carrière longue) ;
  • Si vous avez élevé des enfants ;
  • Si vous êtes travailleur handicapé.

 


Je souhaite prendre rendez-vous

Besoin d'un conseil ?

  • Notre consultant en expertise retraite est à votre disposition pendant un rdv d'1h sans frais et sans engagement
 
  • 95% des relevés de carrière contiennent des erreurs
 
  • Faites vous conseiller sur les meilleurs dispositifs (retraite anticipée, cumul emploi-retraite, rachat de trimestres...)
Prendre rendez-vous
  • Mis à jour le lundi 01 juillet 2024
  • Artisan
  • Dirigeant
  • Entreprise
  • Expatrié
  • Profession libérale
  • Profession médicale
  • Profession réglementée

Rédacteur/Rédactrice:


Didier PERROT

Rédacteur et Expert retraite

N°1Du conseil et de l'expertise retraitePrésente sur toute la France avec son réseau de consultants, et implantée à Lyon et Paris, NEOVIA est la N°1 du conseil et de l'expertise retraite avec 5,6 Millions d’euros de chiffre d’affaires (+14% de croissance en 2016).
10 000ClientsCréée en 2004, la société accompagne chaque année plus de 1 700 clients, qu’ils soient salariés, chefs d’entreprises, professions libérales, artisans commerçants, expatriés, dans l’étude et la mise en place de leurs droits à la retraite.
50Collaborateurs à votre écouteNous proposons un audit complet des droits à la retraite en réalisant une reconstitution de carrière, un recalcul des droits et un accompagnement dans la mise en place des demandes de retraite.
Prendre un rendez-vous